Virginie Descure


La créativité est le fil conducteur de mon existence, elle s’étanche de mes origines. Descure comme « des cures ».

Amusant quand on sait que je suis issue d’une longue lignée de médecins et d’apothicaires bretons. Je tiens, sans doute, de ce matrimoine génétique une fascination pour le corps humain.

Ce corps à cœur m’a menée à devenir praticienne en Feldenkrais : « Le développement de la conscience par le mouvement ». Je suis donc devenue « Peintre Feldenkrais ».

Ma respiration accompagne mon geste. Ce moment de connexion intense à l’instant présent me permet de ressentir la couleur ou la forme d’un sentiment que je m’attache à restituer sur la toile en suivant une ligne qui sera au plus proche de mon ressenti.

D’une teinte ou d’un trait, je m‘amuse à déshabiller les formes pour apprendre à n’en retenir que l’essentiel. Je ne peins pas ce que je vois, je vois ce que je peins. 

Ainsi, le visible et le perceptible constituent mon axe de travail. Je provoque des accidents sur la toile pour ensuite laisser mon cerveau réinterpréter l’image laissant libre cours à mon imagination. 

De nouvelles formes et de nouveaux matériaux s’accordent et prolongent mon propos.

Je souligne notre contingence et notre relation au tangible en utilisant de la terre, des cendres, du goudron, des mues de serpents, en complément de l’acrylique, de l’huile et des encres.

Une fois que j’estime la toile achevée . Il ne me reste plus qu’à la transmettre au regard de l’autre qui interprétera, à sa manière, mon voyage intérieur. 

www.virginiedescure.com


 
descure_et_casazza.html
cousin.html